Catégorie : Interviews

Interview avec Filip HUDAK

Le match d’hier soir s’est terminé sur un score de 7-3 pour Mont-Blanc, un match qui semblait être dominé par les Yétis. Comment analysez-vous ce match ?

Je pense qu’il est assuré de dire que tout le monde se sentait un peu spécial hier car c’était le dernier match de la saison pour nous, malheureusement, nous avons concédé quelques buts malchanceux qui nous ont coûtés un meilleur résultat.

Pourtant, malgré le résultat, dans le troisième tiers l’équipe a marqué 2 buts en moins d’une minute pour entamer une remontée. Selon vous, qu’est-ce qui vous a stoppé pour finir cette remontée au score ?

Nous avons vraiment senti que l’on avait le momentum du match de notre côté à ce moment-là, nous aurions pu marquer plus de buts c’est sûr, avoir un peu plus d’occasions, mais nous n’en avons pas eus, c’est juste comme ça le hockey dès fois.

Individuellement, vous avez marqué 5 points lors des 2 derniers matchs : 3 assistances contre Marseille, 2 buts hier soir dont un en infériorité numérique, après 5 matchs manqués. Comment vous sentez-vous depuis votre retour dans l’équipe?

Je voulais juste jouer au hockey et je suis vraiment reconnaissant d’avoir pu être de retour pour au moins ces deux matchs. Je ne me sentais pas à 100% car cela faisait 6 semaines sans hockey pour moi, mais je me sentais bien.

Avec la défaite d’hier soir pour le dernier match de la saison, et le bilan de la saison de 3 victoires pour 8 défaites, quels sont vos ressentis sur cette saison ?

Je pense que cette saison a apporté principalement des sentiments mitigés pour tout le monde, vous jouez, vous ne jouez pas, puis vous jouez à nouveau, et ainsi de suite, c’était très spécial dans toutes sortes de manière, et avec un peu plus de chance, notre bilan aurait pu être meilleur.

Interviews de François FAURE et Alexandre RABY

Interview de François FAURE

Le match d’hier soir face aux Spartiates de Marseille constituait votre dernier match à domicile de la saison. Dans quel état d’esprit l’équipe a-t-elle abordé ce match ?

Il était important pour nous de finir par une victoire à domicile et surtout de continuer notre progression.

Après un match grandement disputé et un écart de points d’un but seulement à 12 minutes de la fin du match, l’équipe s’est finalement effondrée avec 3 buts encaissés en 10 minutes. Qu’est ce qui, selon vous, vous a fait défaut dans cette fin de match ?

Ce n’est pas seulement la fin du match qui nous a fait défaut, comme j’ai dit aux joueurs dans le vestiaire, on leur a « offert » ce match. Beaucoup trop d’erreurs face à une équipe avec de gros talents individuels. Ils n’ont pas besoin d’aide…

Malgré un score lourd, 8-4 pour Marseille, le match était tout de même très équilibré contre les 2èmes du championnat. Qu’est-ce que vous retenez de ce match ?

Je suis assez frustré par ce résultat, nous avions la place pour obtenir mieux et les freiner dans leur course aux play-offs.

Ce samedi vous affrontez Mont-Blanc, équipe que vous aviez battue à domicile lors de la 1ère journée de championnat, mais cette fois-ci chez eux, pour le dernier match de la saison. Comment allez-vous préparer cette rencontre ?

C’est le dernier match de la saison, du groupe aussi. Il faut que chacun donne tout ce qu’il a pour finir sur une bonne note. Mais il faudra faire attention à être concentré et ne pas se croire déjà en vacances avant le match.

Interview d’Alexandre RABY (MARSEILLE)

Hier soir était ton retour sur la glace clermontoise après avoir quitté l’équipe suite à l’arrêt du championnat fin 2020. Comment te sentais-tu vis-à-vis de ce retour à Clermont-Ferrand ?

J’étais stressé et surtout surexcité à l’idée de revenir à Clermont, encore plus en tant qu’adversaire, la victoire me tenait à cœur.

Lors du match aller face à Clermont, une blessure t’a empêché de jouer le match, te reléguant ainsi aux commentaires du live Facebook des Spartiates. Dans quel état d’esprit as-tu abordé ce match retour ?

Oui j’étais blessé au match aller, là j’étais très content de jouer, et surexcité j’avais très envie de jouer.

Vous avez gagné contre Clermont avec un score de 8-4 dans un match très disputé. Quel est ton avis sur la performance de ton équipe ?

Dans l’ensemble c’était un bon match, on a fait quelques erreurs que l’on a payées cash derrière mais ce qu’on retient c’est la victoire et les 3 points.

Vous êtes deuxième au classement ce qui vous place pour le Final Four post saison régulière. Comment votre équipe appréhende ces phases finales un peu spéciales ?

C’est une saison spéciale c’est sûr mais le fait d’avoir un final four c’est très excitant parce que la saison a été compliquée et ça fait du bien de se dire que l’on n’a pas travaillé « pour rien », on est très content et très excité à l’idée de possiblement jouer ce Final Four.

Interview de Rémy GRANOUX

Cette défaite 4-2 face à Strasbourg, 1er du classement, suite à un match fortement disputé du début à la fin, met fin à votre série de deux victoires d’affilées sur cette phase retour. Que retenez-vous de ce match ?

Je pense qu’il faut se focaliser sur le positif de la rencontre, je pense qu’hier soir on a prouvé qu’on est capable de tenir même les grandes équipes qui sont dans le haut du tableau. On a été solide défensivement, on a essayé de faire le moins d’erreurs possible, forcément contre des équipes comme celles-là, la moindre erreur se paye cash. On va essayer de garder le positif, d’avancer et de dire qu’il y a eu une progression par rapport au dernier match contre cette équipe de Strasbourg chez eux.

Durant ce match, vous avez été envahi par les assauts des joueurs strasbourgeois qui ont réalisés 14 tirs de plus que Clermont, ce qui démontre une certaine efficacité défensive clermontoise durant le match. Etait-ce un point clé de votre jeu pour cette rencontre ?

Oui on s’attendait, en jouant contre Strasbourg qui sont 1er au classement, que l’on n’allait pas avoir la possession, qu’il faudrait être solide défensivement et comme dit précédemment, de diminuer les erreurs. Steven (CATELIN, le gardien) a fait un bon boulot hier et tous les joueurs ont mis de leur personne défensivement en bloquant des shoots et en donnant leur maximum défensivement. C’est quelque chose que l’on travaille beaucoup durant la semaine le jeu défensif. Je pense que ça fait partie des choses positives que l’on peut retenir de ce match.

Encore une fois l’équipe a marqué un but en supériorité numérique durant le match, cependant vous n’avez scoré qu’1 seule fois sur 9 supériorités numériques, dont des doubles supériorités numériques. Comment expliquez-vous cette efficacité défaillante dans ce domaine qui pourtant vous réussit en temps normal ?

On n’a pas trouvé les solutions face à Strasbourg sur les power-play. On y travaille chaque semaine, mais il y a des fois où ça marche et des fois où ça ne marche pas. Après je pense qu’il nous reste encore beaucoup de travail ce sur domaine-là et il nous reste encore la fin de saison, 4 matchs, pour jouer à 100% et travailler sur ces points.

Individuellement, vous avez marqué un très beau but à la suite d’une occasion que vous vous êtes créé de toute pièce après une récupération de palet dans la zone défensive de Strasbourg. Comment vous sentiez-vous après une tel action individuelle ?

Forcément j’étais content, c’était mon 1er but en Division 1. Je pense que c’est jamais individuel un but, mes coéquipiers étaient bien placés et ils m’ont permis de récupérer le palet. J’avais un sentiment de joie, forcément, mais ce n’est pas quelque chose que j’ai accompli seul.

Interview avec Steven CATELIN et Radovan CUTT

Le match de ce soir a été énormément disputé, et après une démonstration de combativité et de hargne, vous vous êtes imposés aux tirs au but, après avoir arraché les prolongations à 8 secondes seulement de la fin du match. Comment vous sentez-vous après cette victoire très chèrement acquise ?

Steven : C’était un match fort en émotions, une vraie bataille du début à la fin. On s’est battu jusqu’au bout et ça a payé avec cette égalisation à 8 secondes de la fin.

Radovan : Les sensations sont très bonnes. Nous sommes allés à Montpellier, encouragés par la victoire contre Chambéry. On veut montrer que l’on s’améliore match après match. C’était un match très disputé, il y avait des occasions des deux côtés et les petits détails ont fait la différence. Nous nous sommes battus jusqu’au sifflet final et nous avons été récompensés.
Je pense que l’on s’est sacrifié, Steven dans la cage a été bon et nous avons eu un peu de chance aussi, mais dans ce genre de match c’est nécessaire.

Après la victoire la semaine dernière face à Chambéry, vous enchaînez ce soir avec une deuxième victoire d’affilée. Cette continuité vous permet-elle d’engranger plus de confiance et d’aborder le prochain match l’esprit plus libéré ?

Steven : En effet, obtenir une deuxième victoire consécutive donne de la confiance au groupe et va nous permettre de travailler plus sereinement pour préparer la réception de Strasbourg.

Radovan : Je pense que nous avons commencé à plus croire en nous après la victoire Chambéry et ça s’est manifesté contre Montpellier aussi. Nous continuons de match en match, nous voulons montrer le meilleur que nous pouvons et nous espérons que les bons résultats vont venir.

Malgré la bonne performance dans ce secteur du jeu au dernier match, les pénalités ont une nouvelle fois été un point noir de ce match, avec 2 buts sur 3 encaissés en infériorité numérique, et 38 minutes de pénalités au total pour l’équipe. Est-ce la rudesse de ce match, notamment au travers de la bagarre et des quelques fois où les esprits se sont un peu échauffés, qui vous a poussé à la faute ?

Steven : On ne se facilite pas la tâche en prenant autant de pénalités mais le match était intense et physique ce qui peut expliquer les nombreuses minutes de pénalités.

Radovan : Nous devons faire plus attention aux pénalités. Cela coûte beaucoup de force et offre des occasions de marquer aux adversaires. Si nous n’avions pas eu de pénalités dans ce match, selon moi, nous aurions eu une victoire à 3 points. Pour les quatres derniers matchs nous devons améliorer cela et se concentrer sur du jeu dur mais propre.

Enfin à titre personnel, vous avez réalisé un match à 28 arrêts et zéro but encaissé en tirs au but, ce qui a évidemment grandement contribué à la victoire de ce soir. Vous êtes-vous senti particulièrement à l’aise dans votre jeu et dans ce match ce soir ?

Steven : Oui je me sentais bien, j’ai retrouvé le rythme de la compétition. Les gars devant moi ont bloqué beaucoup de lancés et m’ont bien aidé à performer.
Les tirs au but sont quelque chose que j’aime et que je travaille souvent à la fin des entraînements, je ne suis jamais contre une petite séance. J’en profite pour faire une petite dédicace à mes renards : la canette paye !

Radovan : Je suis ravi d’avoir pu aider l’équipe avec des buts. J’ai essayé de faire du mieux que je pouvais à chaque match, mais parfois vous vous sentez mieux et parfois moins bien. En première période je ne me sentais pas très à l’aise mais durant le reste du match c’était plus amusant pour moi. Les tirs au but sont toujours amusants et j’aime bien ça.

Interview avec Tanguy VILLAIN

1er match de la phase retour de la saison et 1ère victoire depuis la 1ère journée du championnat. Est-ce que ce match peut nous laisser présager une seconde moitié de saison plus en réussite que la première ?

Bien sûr, nous avons une équipe avec beaucoup de jeunes joueurs et pour nous, chaque match est un moyen de progresser. Nous ne pouvons donc qu’espérer plus de réussite que pendant la première partie de la saison.

Après une défaite 5-1 à l’aller face à cette équipe de Chambéry, cette victoire, cette revanche, a-t-elle un goût particulier pour le groupe ?

C’est sûr que cette victoire a un goût particulier, une semaine après la défaite à Chambéry nous voulions montrer que nous étions capables de rivaliser.

Avec 0 but encaissé en infériorité numérique sur les 4 pénalités concédées, l’équipe a montré une grande efficacité défensive dans ce domaine du jeu. Ceci a-t-il été la clé de la victoire selon vous ?

Nous savons que les pénalités nous ont déjà coûté beaucoup de buts cette année et nous essayons de travailler dessus chaque semaine. Réussir à être discipliné même s’il nous reste du travail a été une des clés de la victoire.

Enfin, à titre personnel, vous avez réalisé une assistance face à cette équipe de Chambéry, votre 1er point cette saison. Vous êtes-vous senti plus libéré durant ce match ?

Je ne me suis pas senti particulièrement plus libéré mais c’est vrai qu’étant un joueur avec très peu d’expérience en professionnel, chaque match me permet de trouver un peu plus mes marques.

Interview de l’ancien Clermontois Lucas CHAUTANT (Chambéry)

Comment vous sentez-vous à l’idée de revenir jouer dans la patinoire de Clermont, mais cette fois avec le maillot de l’équipe visiteuse ?

Je suis très heureux de revenir jouer sur la glace de Clermont-Ferrand. C’est toujours particulier de jouer dans une patinoire où l’on a évolué, où l’on a de très bons souvenirs (comme le titre de champion de D2 en 2019). C’est l’occasion aussi de voir d’anciens coéquipiers comme François FAURE, Nans SOUCHON, Théo VIALATTE et cela va me faire plaisir de les revoir.

Après un début de saison difficile, votre équipe est sur une série de 3 victoires d’affilée, dont une face à l’équipe de Strasbourg, leur seule défaite cette saison et aujourd’hui 1er du classement, et une face à Clermont vos prochains adversaires. Qu’est-ce qui est à l’origine, selon vous, de ce bon changement de dynamique pour votre équipe ?

C’est sûr que l’on n’a pas eu le début de saison qu’on espérait, mais depuis 3 matchs cela va beaucoup mieux. Je pense seulement qu’il y a eu une grosse remise en question individuelle de la part de chaque gars. Chaque joueur dans l’équipe a pris conscience qu’il avait une part de responsabilité sur les résultats du match et qu’on ne pouvait pas se cacher. On s’est mis à jouer plus simple, à respecter le système de jeu demandé par le coach pendant 60 minutes, en évitant au maximum les relâchements qui pourraient nous faire perdre le match.

A titre personnel, vous avez réalisé deux assistances lors du match aller face à Clermont, cela vous met-il en confiance avant ce match retour ?

C’est sûr que cela fait du bien et plaisir, que cela peut mettre en confiance, mais le match de samedi dernier est terminé et celui qui arrive est un nouveau match. Donc on oublie la semaine dernière, on se concentre sur le match de cette semaine, et à moi de travailler fort pour faire le maximum et aider l’équipe à avoir le meilleur résultat.

Ce match retour face à Clermont a lieu le 20 mars, à savoir le 20/03. Cette date n’est pas sans rappeler que vous avez passé 3 saisons en pro à Clermont en portant le numéro 20. Ceci, avec beaucoup de superstition, pourrait-il être un signe le jour de votre retour à Clermont ? Quel serait le scénario idéal pour vous pour ce match ?

Non je ne pense pas que ce soit un signe, le calendrier est simplement fait comme cela (rire). Comme scénario idéal je verrais bien un match engagé, serré, ou chaque équipe livrerait du beau hockey, déploierait leur jeu, avec bien sûr un score qui tourne en notre faveur à la fin du match.

Pour finir, auriez-vous un dernier message pour les supporters clermontois que vous avez fait rêver ces dernières années ?

Bonjour à tous les supporters. Je sais que c’est une période difficile pour tout le monde, et particulièrement pour vous, amoureux du hockey, d’être privé de votre passion et de votre équipe. C’est dur pour tout le monde. Revenir à Clermont sans supporter me fera bizarre, surtout en ayant connu l’ambiance que vous savez mettre. J’aurais néanmoins une pensée particulière pour vous. Continuer de supporter votre équipe, les joueurs en ont besoin, et nul doute qu’ils vous ramèneront des résultats. A bientôt, prenez soin de vous !

Interview de Théo VIALATTE et Rémy GRANOUX

Après un 1er tiers partagé entre les deux équipes, 0-0 à la pause. Le 2ème tiers s’est avéré plus compliqué pour vous, avec un 3-0 encaissé , et pour finir sur un score final de 5-1. Qu’est-ce qui vous a fait défaut durant ces deux derniers tiers?

Théo : En effet nous étions bien rentrés dans le match, on était concentré et en place durant le premier tiers. Malheureusement les pénalités en début de second et de troisième tiers nous ont fait très mal et ont fait basculer le match. De plus, malgré une bonne intensité sur l’ensemble de la partie, nous faisons de petites erreurs que l’on paye cher.

Rémy : Je pense qu’au 1er tiers on a joué notre jeu, on a été attentif et on a récupéré beaucoup de palets. Ensuite on a fait une bonne entame du second tiers, on était solide défensivement on arrivait à tenir le coup, mais après on a eu beaucoup de pénalité dont une de 10 minutes, donc ces pénalités enchainés nous coûtent deux buts. De là c’était difficile de jouer contre cette équipe de Chambéry à 4 contre 5, à 5 contre 5 on avait le momentum, on arrivait à jouer correctement, mais aussitôt que l’on a été pénalisé et que l’on n’était plus en égalité numérique c’était plus compliqué.

Vous êtes la 2ème meilleure équipe en terme d’efficacité sur les supériorités numériques, mais la dernière pour l’efficacité en infériorité numérique, et ceci s’est encore vu durant ce match. Comment expliquez-vous cette différence criante d’efficacité entre ces deux domaines du jeu ?

Théo : Les infériorités numériques nous font défaut depuis le début de la saison car comme je l’ai dit précédemment, nous faisons de petites erreurs qui ne pardonnent pas lorsque l’on joue avec un joueur de moins sur la glace.

Rémy : Alors je vous avoue que je n’ai pas regardé ces statistiques-là. Mais au niveau du power-play (supériorité numérique) on prend nos chances, on le travaille à l’entrainement et on est efficace donc c’est bénéfique pour nous. Ensuite pour le penalty kill (infériorité numérique) on essaye de se donner à 100%, de corriger les petites erreurs semaine après semaine, et ça va finir par fonctionner dans un futur proche.

Ce match a été particulièrement rugueux avec notamment trois pénalités de méconduites (2 contre Chambéry, 1 contre Clermont), et 52 minutes de pénalités cumulées sur les deux équipes. Est-ce que ceci vous a déstabilisé dans la mise en place de votre jeu ?

Théo : Non au contraire, le fait que le match fut particulièrement engagé dès le début de la partie, nous a permis d’apporter beaucoup d’intensité et d’être concentré sur les différentes phases de jeu.

Rémy : Oui c’est sûr, dans un match quand on ne joue pas à 5 contre 5 c’est compliqué, il y a un déséquilibre au niveau des trios offensifs et des duos défensifs. Surtout pour pallier aux absences des blessés c’est compliqué pour le coach de gérer ces choses-là. Même pour nous en tant que joueur, jouer à 5 contre 5 c’est où on est le meilleur. Après, cela a permis d’avoir des opportunités notamment à 5 contre 4 avec Chambéry qui a été beaucoup pénalisé. Cela nous a donné beaucoup d’opportunités que l’on n’a pas su saisir malheureusement, mais que l’on saisira je l’espère lors du prochain match.

Ce samedi pour le début de la phase retour du championnat, vous affrontez de nouveau Chambéry pour la deuxième semaine d’affilée, cette fois-ci à domicile. Quel est votre état d’esprit à l’idée d’affronter une nouvelle fois cette équipe aussi tôt après le dernier match ?

Théo : A quelques jours de réaffronter Chambéry, nous sommes dans un bon état d’esprit, nous savons que l’on peut réellement faire un bon résultat et prendre des points face à cette équipe si nous faisons attention aux détails au vue du premier tiers que l’on a proposé chez eux.

Rémy : Je pense que les jouer aussi tôt peut être un avantage, comme un inconvénient. Personnellement je le prends comme un avantage, car le match reste frais dans notre tête, on se souvient de ce qu’il s’est passé et donc on a une plus grande envie de gagner. On a envie de mieux faire et de leur montrer que l’on mérite mieux que 5-1, et que si on arrive à faire trois tiers comme on a fait le premier, normalement il ne devrait pas y avoir de difficultés. Si on enlève nos erreurs défensives et que l’on joue à 5 contre 5, il peut vraiment y avoir un enjeu samedi.

Remy a également tenu à laisser un petit message aux supporters du HCCA :

On a hâte de retrouver notre public, on pense à vous et on espère que vous nous soutiendrez encore. C’est important, surtout dans cette période, pour nous c’est difficile de jouer à huis clos sans ambiance et sans supporters, que ce soit avant ou après les matchs. Et pour vous j’imagine que nous regarder sur le live Facebook ou sur Fanseat, on n’a pas les mêmes sensations derrière un écran que dans les gradins donc je pense que c’est important pour vous aussi.

Interview de Steven CATELIN

Suite à la blessure du gardien titulaire de Clermont vous avez rejoint en prêt l’effectif clermontois après un arrêt du championnat de D2 avec votre équipe de Roanne. A-t-il été difficile d’intégrer l’effectif dans ces conditions ?

Ce n’est jamais facile d’intégrer un effectif en cours de saison. J’apprends encore à connaître l’équipe mais les gars m’ont bien accueilli et je m’intègre doucement. J’ai simplement saisi l’opportunité de pouvoir jouer alors que ma saison devait être finie. Je remercie d’ailleurs Roanne d’avoir accepté de me prêter et le club de Clermont de me faire confiance pour remplacer Flo le temps de son rétablissement.

Ce match face à Montpellier représentait votre 1er match en D1 depuis la saison 2018-2019 avec Chambéry, quel était votre état d’esprit vis-à-vis de votre retour à ce niveau de championnat ?

Je suis content de pouvoir rejouer à ce niveau, mon objectif est d’y rejouer pleinement à un moment donné, je dois montrer que je suis capable d’évoluer à ce niveau. Je n’avais pas joué de match officiel depuis 5 mois, (en coupe de France avec Roanne face à Chambéry) je pense que j’étais un peu en manque de repères et de compétitions mais j’ai donné et je donnerais mon maximum pour aider l’équipe.

Après une constante progression durant les derniers matchs au niveau des pénalités, celles-ci ont été de nouveau un gros point noir de ce match pour votre équipe, que s’est-il passé ?

Il est clair que si l’on veut avoir une chance de faire de bonnes prestations et de se donner une chance de gagner les matchs, il faut éviter le plus possible les pénalités. Mais cela fait partie du jeu et il faut être plus efficace que ce soit en infériorité ou supériorité numérique.

Le capitaine de l’équipe, François FAURE, a expliqué cette défaite face à Montpellier par un manque d’implication de la part de l’équipe. Quelle est votre analyse pour ce match ?

Nous avons mal commencé le match en prenant 3 buts assez rapidement, ça nous a pris de l’énergie dès le début pour essayer de revenir dans le match. Je pense que nous n’avons pas mis assez d’intensité et on a perdu trop de duels pour se donner une chance de gagner. C’est compliqué pour moi de juger après seulement un match, mais c’est clairement un point qu’il faudra améliorer pour les prochains matchs et ce dès samedi pour le match à Chambéry.

Interview de l’ancien Clermontois : Swann NEPVEU DE VILLEMARCEAU

Vous allez remonter sur la glace clermontoise pour la première fois depuis votre départ à Montpellier, comment vous sentez-vous ?

Je suis très heureux de retourner sur la glace de Clermont-Ferrand. Ça fait toujours plaisir de retrouver une patinoire où l’on a des souvenirs. En plus de cela j’ai de très bons amis à Clermont notamment Tanguy VILLAIN et Tristan NARBONNE cela va me faire plaisir de les revoir.

Comme Clermont, votre équipe connaît un début de saison difficile, quel est l’état d’esprit de l’équipe pour aborder ce match ?

Comme toutes les équipes, Montpellier a rencontré des difficultés liées à la crise du Covid, c’est un contexte vraiment spécial mais nous avons confiance en nos qualités. Nous aborderons le match de Clermont avec beaucoup de sérieux et d’envie.

Avez-vous un petit message à faire passer aux supporters de Clermont qui ne pourront malheureusement pas être physiquement présents au match ?

Malheureusement nous sommes tous confrontés au huit-clos, c’est aussi dur pour les supporters que pour les joueurs. Continuez à supporter votre équipe même si ce n’est que sur les réseaux sociaux, les joueurs en ont besoin. Que le meilleur gagne samedi.

Interview d’après match avec Adrien KHELIL et Filip HUDAK

Adrien, tu es rentré en jeu sur un tir de pénalité, suite à une blessure du gardien titulaire Florian GOURDIN, comment te sentais-tu vis-à-vis de cette mise en condition plus que difficile ?

Adrien : On parle très peu du rôle de back-up, mais c’est un poste bien particulier, il faut se tenir prêt à chaque moment, et en même temps savoir qu’on peut faire des kilomètres sans jouer. Mais savoir répondre présent au cas où, pour l’équipe. J’ai dû m’échauffer et me mettre dans le bain direct avec ce tir de pénalité, je voulais vraiment l’arrêter pour me mettre tout de suite en confiance. J’ai perdu le duel, mais pas mon envie de défendre les cages pour l’équipe.

Vous êtes tombés face à une très grosse équipe d’Epinal, selon vous qu’est-ce qui vous a fait le plus défaut dans ce match ?

Adrien : A chaque palet qu’ils remontaient en attaque, ils finissaient à la cage. Beaucoup plus que de notre côté, on voyait vraiment de belles passes avec des attaquants qui avaient de la vitesse et des tirs précis.

Filip : Je pense la plus grosse différence hier était les lignes spéciales, nous avons concédé 2 buts en infériorité numérique et un sur un tir de pénalité, et nous avons marqué une fois en supériorité numérique, cela vous fait déjà un déficit de deux buts. Et malheureusement, la plus grosse perte d’hier est la blessure de Florian, j’espère juste qu’il pourra revenir sur la glace le plus vite possible.

Malgré un score lourd, l’équipe n’a rien lâché et a même inscrit un but dans les dernières minutes, est-ce qu’au-delà du résultat, l’équipe avait à cœur de montrer de l’attitude et de l’envie ?

Adrien : Un match c’est 60 minutes, et on a joué ces 60 minutes. On a rien lâché, même s’ils ont été plus en place que nous, et plus précis, on a eu des tirs, mais le gardien d’en face a fait une bonne game avec des arrêts qui ont permis à Epinal de rester devant au score.

Filip : Bien sûr, vous jouez jusqu’à la fin, peu importe le score.

Bien que les pénalités ont été moins nombreuses durant ce match par rapport aux deux derniers (seulement 4 contre 8 et 6), vous avez tout de même encaissé 3 buts sur ces 4 pénalités, comment expliquez cette fébrilité de l’équipe dans ce domaine ?

Adrien : L’équipe d’Epinal a un power play très bien organisé et Ramon nous l’avais bien expliqué pendant cette semaine d’entrainement. Mais leur système de jeux en power play est bien rodé et fonctionne très bien, difficile à contrer avec la vitesse d’exécution. Ajoutez à ça la précision de leurs shoots, et vous avez cette réussite.

Filip : Nous devons être plus responsables et disciplinés, c’est la seule façon d’arranger les choses.

Filip, tu as marqué 3 points, 2 buts et 1 assistance, ce qui veut dire que vous avez participé à tous les buts clermontois ce soir, vous sentiez-vous particulièrement confiant et en forme pour ce match ?

Filip : Comme je le disais, j’ai juste essayé de jouer mon jeu du début jusqu’à la fin du match peu importe quel était le score. Rien de très spécial.