Catégorie : Actus D1

Interview d’après match avec Adrien KHELIL et Filip HUDAK

Adrien, tu es rentré en jeu sur un tir de pénalité, suite à une blessure du gardien titulaire Florian GOURDIN, comment te sentais-tu vis-à-vis de cette mise en condition plus que difficile ?

Adrien : On parle très peu du rôle de back-up, mais c’est un poste bien particulier, il faut se tenir prêt à chaque moment, et en même temps savoir qu’on peut faire des kilomètres sans jouer. Mais savoir répondre présent au cas où, pour l’équipe. J’ai dû m’échauffer et me mettre dans le bain direct avec ce tir de pénalité, je voulais vraiment l’arrêter pour me mettre tout de suite en confiance. J’ai perdu le duel, mais pas mon envie de défendre les cages pour l’équipe.

Vous êtes tombés face à une très grosse équipe d’Epinal, selon vous qu’est-ce qui vous a fait le plus défaut dans ce match ?

Adrien : A chaque palet qu’ils remontaient en attaque, ils finissaient à la cage. Beaucoup plus que de notre côté, on voyait vraiment de belles passes avec des attaquants qui avaient de la vitesse et des tirs précis.

Filip : Je pense la plus grosse différence hier était les lignes spéciales, nous avons concédé 2 buts en infériorité numérique et un sur un tir de pénalité, et nous avons marqué une fois en supériorité numérique, cela vous fait déjà un déficit de deux buts. Et malheureusement, la plus grosse perte d’hier est la blessure de Florian, j’espère juste qu’il pourra revenir sur la glace le plus vite possible.

Malgré un score lourd, l’équipe n’a rien lâché et a même inscrit un but dans les dernières minutes, est-ce qu’au-delà du résultat, l’équipe avait à cœur de montrer de l’attitude et de l’envie ?

Adrien : Un match c’est 60 minutes, et on a joué ces 60 minutes. On a rien lâché, même s’ils ont été plus en place que nous, et plus précis, on a eu des tirs, mais le gardien d’en face a fait une bonne game avec des arrêts qui ont permis à Epinal de rester devant au score.

Filip : Bien sûr, vous jouez jusqu’à la fin, peu importe le score.

Bien que les pénalités ont été moins nombreuses durant ce match par rapport aux deux derniers (seulement 4 contre 8 et 6), vous avez tout de même encaissé 3 buts sur ces 4 pénalités, comment expliquez cette fébrilité de l’équipe dans ce domaine ?

Adrien : L’équipe d’Epinal a un power play très bien organisé et Ramon nous l’avais bien expliqué pendant cette semaine d’entrainement. Mais leur système de jeux en power play est bien rodé et fonctionne très bien, difficile à contrer avec la vitesse d’exécution. Ajoutez à ça la précision de leurs shoots, et vous avez cette réussite.

Filip : Nous devons être plus responsables et disciplinés, c’est la seule façon d’arranger les choses.

Filip, tu as marqué 3 points, 2 buts et 1 assistance, ce qui veut dire que vous avez participé à tous les buts clermontois ce soir, vous sentiez-vous particulièrement confiant et en forme pour ce match ?

Filip : Comme je le disais, j’ai juste essayé de jouer mon jeu du début jusqu’à la fin du match peu importe quel était le score. Rien de très spécial.

Interview avec l’ancien Clermontois, Deniss BASKATOVS (Epinal)

Ce match sera votre premier match à Clermont-Ferrand depuis que vous avez quitté l’équipe pour aller à Epinal, quel est votre état d’esprit sur ce retour à Clermont ?

C’est toujours plaisant de revenir dans une ville et une patinoire où vous avez joué avant. Toujours des émotions très positives de voir la patinoire et certains joueurs avec qui j’étais dans l’équipe la saison dernière. Particulièrement je peux dire que François FAURE, un bon ami à moi, attend déjà de jouer contre moi, donc je suis sûr que ce sera un match intéressant.

Après une défaite à Montpellier et une victoire à domicile contre Chambéry, comment se sent l’équipe avant ce match ?

C’était une victoire importante pour nous la semaine dernière. Peut-être que l’on n’a pas eu notre meilleur match, surtout dans la 3ème période, une victoire pour nous est le plus important. Nous essayons toujours de trouver notre jeu et de travailler dur pendant la semaine pour bien se préparer pour le prochain match samedi. J’espère que l’équipe a un petit peu plus de confiance avant ce match après la dernière victoire. On la construit de match en match.

Personnellement, vous avez déjà inscrit 4 points, 2 buts et 2 assistances, en 2 matchs, vous sentez-vous en confiance dans ce début de saison ?

C’est une saison très difficile je pense pour tous les clubs. Pour nous ça a été difficile aussi…après un bon départ, nous avons eu une très longue pause avec seulement des entrainements et personne ne savait quand nous commencerions à jouer. Mentalement c’est très dur. Un de nos joueurs a quitté l’équipe et est rentré chez lui…et maintenant nous avons également beaucoup de blessures. Donc le début de cette saison qui redémarre ne se passe pas vraiment comme nous l’espérions. Je peux en dire de même pour mon jeu. J’essaye toujours de trouver mon jeu après cette longue pause mais j’essaie d’aider mon équipe dans chaque situation.

Vous êtes un joueur très apprécié à Clermont. Avec la situation actuelle les supporters de Clermont ne pourront pas être à la patinoire samedi, avez-vous quelques mots pour eux ?

Bonjour à tous les supporters de hockey clermontois. C’est vraiment dommage que les fans de hockey ne puissent pas venir à la patinoire profiter du jeu et supporter leur équipe. C’est dur pour le sport. L’atmosphère à domicile à Clermont était vraiment bonne la saison dernière. Pour les supporters qui restent jusqu’à la fin avec le club et les joueurs, vous avez mon respect particulier ! Continuez de supporter votre équipe et vos joueurs vous donnerons de belles victoires. A bientôt et merci !

Interview de Tony ALLOUCHERY

Malgré un score assez lourd (5-2), vous avez chèrement vendu votre peau ce soir face à une grosse équipe de Marseille, qu’est-ce qui vous a manqué, selon vous, pour vous imposer dans ce match ?

Ce sont les petites erreurs qui nous ont mis dedans et aussi les pénalités, on a pris beaucoup de pénalités. C’est surtout des petites erreurs que l’on paye cher et qui ont des conséquences.

Les pénalités ont une nouvelle fois coûté chères dans ce match avec deux buts encaissés en infériorité numérique, comment expliquez-vous cette indiscipline ?

Ce sont des fautes d’inattention, on est dans l’action, on perd le duel et on accroche l’adversaire, donc l’arbitre voit cela et il siffle, ce qui nous pénalise.

Les deux buts de votre équipe, dont le vôtre, ont été inscrits en supériorité numérique. Est ce que c’était un domaine de jeu clé dans votre stratégie aujourd’hui ?

Oui, le but était de shooter à la cage pour les déviations et les rebonds, on avait travaillé ces deux systèmes là donc ça a plutôt marché.

Vous avez donc marqué votre 1er but avec le HCCA ce soir, quel est votre ressenti ?

C’était mon premier but en D1 donc j’étais content, je suis toujours content de marquer donc le ressenti était bon. Après oui ! sur le moment j’étais content, mais il fallait surtout qu’on remonte au score et qu’on gagne le match, c’est ça le principal. Il fallait qu’on mette des buts.

Le match d’aujourd’hui se déroulait à l’extérieur, à Marseille, mais à huit clos. Est-ce que cela n’atténue pas le fait de jouer à l’extérieur ?

Il y en a qui aime bien jouer avec des spectateurs, mais pour moi je suis là pour le hockey sur glace donc je me consacre au hockey et les spectateurs c’est du plus. Il y en a qui font attention, d’autres pas. Pour ma part je ne fais pas attention, je suis là pour jouer donc aucune différence. La différence quand il y a les spectateurs est que parfois quand on joue chez nous, ils nous remontent le moral, et nous remettent dans le bain. Mais quand on joue à l’extérieur à huit clos on est obligé de faire avec, c’est le covid malheureusement. Le principal c’est que l’on joue, qu’on ait la chance de toucher la glace, de faire des matchs, et c’est ça qui est vraiment important.

Interview avec Jan SOLDAN (Mt-Blanc)

A la suite du match de Samedi dernier face à Mt-Banc, nous sommes allé questionner le Haut-Savoyard Jan SOLDAN, ancien défenseur pour les Sangliers Arvernes.

Comment vous sentiez-vous à l’idée de revenir jouer à Clermont, dans votre ancienne patinoire et face à d’ancien coéquipier ?

C’est toujours un plaisir de revenir à un endroit où j’ai habité, joué et entrainé pendant 2 ans. Et encore plus; jouer contre certains U20 que j’ai entrainés la saison dernière. C’est déjà la 2ème fois cette saison que je viens à Clermont et l’accueil est toujours aussi chaleureux.

Dans quel état d’esprit avez-vous abordé ce match vis-à-vis de cela ?

Ça fait du bien de remonter sur la glace après plusieurs mois d’arrêt et sans savoir comment allait se passer la saison. J’avais hâte de revoir la patinoire de Clermont.

Qu’est ce qui, selon vous, vous a manqué pour faire pencher la balance et le résultat du match en votre faveur ?

On est peut-être arrivé un peu trop confiant après avoir gagné 2 matchs contre Clermont avec de gros écarts de score en début de saison. On a eu du mal à marquer au début du match, d’ailleurs Florian GOURDIN a fait un très bon match. A la fin, les clermontois se sont bien battus pour prendre ces 2 points.

Avez-vous un dernier mot pour les supporters du HCCA ?

Prenez soin de vous, continuez à soutenir votre équipe dans les bons moments comme dans les plus compliqués, et j’espère vous recroiser au bord de la glace bientôt !

Merci à toi Jan. Toujours aussi agréable et ouvert à la discussion, c’est un plaisir d’échanger avec lui.
A bientôt !

Interview d’après-match

Après une pré-saison difficile, la saison démarre sur une victoire pour vous, pensez-vous que cette période de préparation rallongée et intense a permis à l’équipe de se découvrir pour amorcer cette nouvelle saison ?

Radovan : On était tous très excité pour ce premier match. Cela faisait vraiment un long moment sans vrai match et ce n’était pas si simple de s’adapter pour un match à venir. Je pense que nous avions besoin de temps pour mieux nous connaitre, améliorer notre condition et nos tactiques. Mais personne ne veut attendre pour un début de saison aussi longtemps. Nous n’avons pas eu un seul match amical donc ce résultat est vraiment bien.

Florian : Effectivement, nous avons connu un début de saison compliqué. Etant une équipe toute neuve avec beaucoup d’arrivants, il était important de créer des affinités sur la glace comme en dehors pour réussir à avancer et progresser. Cette période nous a clairement aidée sur ce point et c’est sûrement ce qui fait, en partie, la différence entre hier et le début de saison.

Radovan, tu as réalisé une assistance et marqué un but pour une performance à deux points, avec en plus un but en TAB, comment te sentais-tu durant ce match ?

Radovan : A chaque match je veux aider l’équipe du mieux que je peux. Je suis ravi que cette fois je l’ai fait avec des points. Mais nous sommes une équipe, on gagne ensemble et on perd ensemble donc cela n’a pas d’importance de qui marque, l’important est l’esprit d’équipe et de se battre les uns pour les autres. C’était une très bonne sensation de jouer, marquer et gagner le match après ce long moment. J’ai beaucoup apprécié ce moment.

Florian, tu as encaissé deux buts durant le match, uniquement en infériorité numérique qui plus est, et un seul but durant les TAB, comment te sentais-tu durant ce match ?

Florian : C’était un bon match, j’étais bien, concentré. Je m’étais dit qu’il fallait aborder cela sans pression et ça a fonctionné. L’équipe a fait un très gros travail défensif avec beaucoup de block shoot et de sacrifices et il fallait leur rendre la pareille.

Cette bonne performance vous permet-elle d’aborder ce début de saison avec plus de confiance ?

Radovan : Je pense que ce match peut nous aider pour les prochains matchs mais on ne peut pas le surestimer. Nous devons avoir plus de confiance et l’utiliser d’une bonne manière. Mais l’important est de continuer à travailler dur et d’écouter ce que le coach nous dit.

Florian : Bien sûr, un premier match dans cette nouvelle saison et une première victoire au bout du bout fait toujours plaisir. On a montré du caractère, beaucoup d’envie et ça paye à la fin. Une victoire comme celle-ci apporte de la confiance mais il faut rester lucide et se rappeler que chaque match sera un combat tout aussi acharné, rien n’est acquis.

L’équipe, en infériorité numérique, a seulement encaissé deux buts, les pénalités étant un gros point noir de l’équipe dans ce match, quel est votre avis là-dessus ?

Radovan : Si nous voulons gagner les prochains matchs nous avons besoin de plusieurs choses. Nous avons besoin de jouer à cinq, car ça coûte beaucoup de force. Nous devons jouer à 100% pendant 60 minutes et adhérer aux tactiques, nous avons besoin de chance, de performance d’équipe, et de Florian GOURDIN.

Florian : Effectivement, on le savait. Ramon notre coach nous a prévenus avant le match. On doit être très discipliné si on veut aller chercher quelque chose. Sur des matchs serrés comme ceux-là, la moindre erreur peut coûter très cher. On doit encore travailler la dessus pour réduire au maximum nos prisons et nous éviter tant de situations périlleuses.

Interview de Ramon SOPKO

Pour commencer, peux-tu te présenter rapidement ?

Je suis Slovaque, j’ai 39 ans, je suis marié et je suis papa de 2 petites filles. Gardien depuis tout jeune je suis arrivé en France en 2004 en jouant pour l’équipe de Tours en élite (Ligue Magnus). Passé par Rouen, Briançon, Dijon, Amiens et Neuilly Sur Marne ; c’est vrai que j’ai toujours connu l’élite du hockey français.

Nous tenions à vous communiquer le palmarès de Ramon qui détient :
     – 6 sélections dans l’équipe étoile des joueurs étrangers
     – 2 coupes de France
     – 2 ligues Magnus
     – 1 coupe de la ligue

C’est ta première saison en tant qu’entraineur, dans quel état d’esprit es-tu ?

Je suis excité par ce nouveau challenge. Il n’y a pas de stress ou appréhension particulière.

Pour toi, coacher est une évidence, une suite logique ?

Plus les années passent plus on réfléchit. Ça fait plusieurs années que je me demande ce que je vais faire par la suite. Je me sens prêt pour coacher des gardiens et une équipe, alors lorsque l’occasion s’est présentée j’ai saisi l’opportunité. Aujourd’hui je suis coach, peut être que « demain » je retournerais joueur.

Une question que beaucoup de personnes se posent, est-ce que l’on peut envisager de te revoir tenir les cages cette saison ?

Personnes ne sait, et je ne sais pas on verra… Aujourd’hui, on a Flo qui est un bon gardien et je veux lui laisser la place pour jouer. De plus, la saison va être courte, à l’heure actuelle il n’y a pas de raison pour que je rejoue. Il faut en profiter pour laisser du temps de jeu aux jeunes. Une fois de plus, aujourd’hui je suis coach pour Clermont-Ferrand, l’avenir nous ne le connaissons pas, revenir joueur ça peut revenir un jour.

Quelles sont les ambitions pour cette saison ?

Cette saison est particulière. Déjà, nous sommes très heureux de pouvoir repartir en D1. Le but est de donner un maximum de temps de jeu à nos joueurs présents et aujourd’hui nous n’avons pas amorcé de recrutements supplémentaires afin de renforcer l’équipe. Nous souhaitons vraiment essayer de créer un noyau solide et de donner de l’expérience à nos joueurs afin d’évaluer le niveau pour la D1 et de préparer au mieux la saison prochaine. S’il y a des secteurs vraiment affaiblis nous ne fermons pas la porte à un éventuel recrutement pour monter le niveau. Suite à différents mouvements de joueurs, Sulyvan PURAVET nous rejoindra dans le secteur défensif pour compléter notre effectif.

Malgré les conditions sanitaires tu as pu toujours travailler avec ton groupe au complet ?

Depuis qu’on a retrouvé la glace, j’ai pu  travailler avec un groupe quasiment au complet. Des absences ont eu lieu mais pas en relation avec le virus du COVID-19.

Quel est ton ressenti sur le groupe ?

C’est difficile à dire car nous n’avons pas joué beaucoup de matchs. Souvent, c’est pendant les matchs, pendant les semaines où ça joue, qu’il y a la pression qui monte et que les choses se montrent. C’est très difficile, le groupe parait bien ensemble et s’entendent bien. Il n’y a personne qui est à l’écart. Mais nous ne sommes pas encore rentrés dans les situations qui font que la pression pourrait jouer un rôle.

Quelle équipe représente le plus gros challenge pour toi ?

Pour moi toutes les équipes représentent un challenge. Nous sommes une équipe remodelée et nouvelle et nous avons beaucoup de choses à construire. Nous ne sommes pas focus sur une équipe plus que l’autre. Une chose qui est sûre c’est qu’il faudra qu’on joue tous nos matchs à 100%. C’est bien connu, un match de hockey c’est 60 minutes (ou plus) et tout le monde peut battre tout le monde : on essaiera d’en battre le plus possible.

Les conditions de match sont particulières. Match à huis clos sans supporters, à 16h00 ?

Pas de supporters c’est grave. On joue pour eux et ils vont bien évidemment nous manquer. Même si on n’a pas joué les matchs, c’est très important de communiquer avec tout le monde : les supporters, les partenaires, les sponsors, et nous pensons fort à eux. Les matchs à 16h je ne pense pas que ce soit un problème particulier.

Merci Ramon pour ce petit moment que tu nous as consacré et te souhaitons bon courage et bonne chance pour la continuation.

Interview de Matej HAMRAK

Quel est votre ressenti concernant la reprise de la saison ?

Je pense que c’est bien de continuer la saison. C’est une situation difficile pour le sport. C’est bon pour les fans qui peuvent regarder les matchs sur Internet. Même pour les joueurs, il est difficile de s’entrainer toute la saison sans les matchs du week-end. Donc nous l’attendons avec impatience.

Que pensez-vous de ce format en deux poules différentes ?

Il est bon pour les joueurs de ne pas avoir à voyager autant pour les matchs. De même pour les clubs, ce sera moins coûteux. C’est une bonne idée.

Quelle équipe va représenter, selon vous, votre plus gros challenge dans cette poule ?

Pour nous, chaque match est un défi. Mais nous devrons essayer le plus contre Mont Blanc, contre qui nous avons déjà perdu 2 matchs cette année.

Si vous pouviez choisir une équipe de l’autre poule, la poule A, à affronter, laquelle choisiriez-vous ?

Du deuxième groupe, j’aimerais jouer contre mon ancienne équipe nantaise, où mes amis jouent.

Comment s’est passée votre préparation ? Il n’y a pas eu trop de difficultés liées aux différentes mesures sanitaires ?

Nous avons essayé de suivre les mesures pour ne pas mettre en difficulté l’équipe. Nous avons eu beaucoup de chance car nous avons pu disposer de la patinoire et nous nous entraînons également 3 fois par semaine avec un entraîneur de fitness. Cela nous a également beaucoup aidé.

Interview de Normunds VIBANS

Quel est votre ressenti concernant la reprise de la saison ?

Je me sens bien et content, parce que pour les 4 derniers mois nous nous sommes seulement entrainés sans aucun match de compétition, mais maintenant nous allons avoir des matchs, donc je suis content à ce sujet.

Que pensez-vous de ce format en deux poules différentes ?

Je pense que ce format en deux groupes différents est la meilleure option pour les clubs d’un point de vue financier. Et nous les joueurs sommes contents car nous pourrons jouer au moins 12 matchs, alors qu’il y avait un risque que la fédération annule la saison.

Quelle équipe va représenter, selon vous, votre plus gros challenge dans cette poule ?

Je pense que chaque match sera un challenge car chaque équipe a faim de hockey et donc nous devrons nous donner à 120% chaque semaine.

Comment s’est passée votre préparation ? Il n’y a pas eu trop de difficultés liées aux différentes mesures sanitaires ?

La préparation était différente mais notre club a fait un très bon travail pour s’assurer que nous pouvions nous entraîner sur et hors de la glace. Et pour moi personnellement la seule difficulté a été seulement quand j’ai dû rater 3 semaines d’entraînement à cause d’une maladie. Autrement il n’y a pas eu de difficultés.

Interview avec François Faure et Nans SOUCHON

A l’occasion de la reprise du championnat de Division 1, nous avons réalisé l’interview de François FAURE et Nans SOUCHON.

Quel est votre ressenti concernant la reprise de la saison ?

François : Je suis très impatient, car les entraînements sans match, ce qui est la récompense pour nous, ça commence à faire long, très long !! Je pense qu’il faudra profiter de chaque match car nous ne sommes toujours pas certains sur l’avenir et la fin de saison…

Nans : Enfin !!! Cela fait environ 5 mois qu’on espère cette reprise en se demandant si oui ou non nous pourrions reprendre les matchs. S’entraîner tous les jours sans avoir de vraies oppositions le samedi soir devient pesant pour toute l’équipe. Je suis vraiment content qu’on puisse avoir un championnat même dans ces conditions.

Que pensez-vous de ce format en deux poules différentes ?

François : Je pense que c’est une bonne alternative, pour recommencer les matchs tout en limitant l’impact sur le budget des clubs. Le plus important pour nous les joueurs c’est de jouer donc la formule ce n’est pas très important au final.

Nans : Je pense que le nouveau format avec les 2 poules est la meilleure solution que pouvait trouver la fédération pour pouvoir avoir un semblant de championnat dans les conditions actuelles. Faire le championnat complet avec tous les matchs aurait nécessité des matchs en semaines et cela aurait été compliqué pour bon nombre de joueurs (à Clermont comme ailleurs).

Quelle équipe va représenter, selon vous, votre plus gros challenge dans cette poule ?

François : De nombreuses équipes ont connu des mouvements d’effectifs donc je n’ai pas trop de vision mais je sais que tous les samedis le niveau va être très relevé. Mais je suis excité à l’idée de rejouer d’anciens joueurs passé par Clermont (comme à Epinal, Chambéry, Marseille).

Nans : Dans notre poule je pense qu’Epinal devrait être l’équipe dominante. Le club d’Epinal possède une grosse expérience de la Magnus (ou ils étaient encore il n’y a pas si longtemps) et sait comment y retourner. Cette année l’équipe est solide et professionnelle avec de très bons imports et au vu de leurs quelques résultats en septembre ce sont forcément des prétendants au haut de tableau.

Si vous pouviez choisir une équipe de l’autre poule, la poule A, à affronter, laquelle choisiriez-vous ?

François : Pour la poule A, je dirais Dunkerque car j’adore faire deux jours de bus [rires]… Plus sérieusement, leur coach est un très bon ami et on souhaitait s’affronter, ça sera pour une prochaine fois. Nantes a aussi une équipe pour gagner le championnat ça aurait été sympa, même si j’aurais aimé affronter toutes les équipes bien sûr.

Nans : Si j’avais le choix j’aimerais affronter Dunkerque car l’entraîneur des Corsaires (Pierrick Rézard) est Clermontois et est aussi un ami de longue date. Ça me plairait de le voir évoluer derrière son banc et mener ses hommes. Et surtout pouvoir le charrier en cas de victoire.

Comment s’est passée votre préparation ? Il n’y a pas eu trop de difficultés liées aux différentes mesures sanitaires ?

François : Je pense que nous sommes chanceux, nous avons toujours eu accès à la patinoire, à la salle de sport et aux vestiaires normalement, donc je pense que notre préparation n’a pas été tronquée. Ce qui nous manque cruellement c’est de jouer des matchs…

Nans : On a été chanceux pour notre préparation. La patinoire est restée ouverte pour nous et on a toujours eu accès à la glace pour nos entraînements. Ce qui n’a pas été le cas pour plusieurs clubs en France.

Merci pour le temps que vous nous avez consacré.

Interview réalisée par Pierre MOULIN